Close

Unité de filtration portative, une co-innovation contre le coronavirus

Unité de filtration développement CISSS des Laurentides

Une unité de filtration portative de capture à la source pour le milieu hospitalier

Aireau en tant que spécialiste en filtration de l’air, a fortement ressenti l’impact de la pandémie. En mars dernier, alors que le coronavirus fait des ravages partout dans le monde, Aireau relève le défi afin de trouver une solution pour protéger le personnel soignant des hôpitaux du Québec. L’appel de M. Desroches, ingénieur au CISSS des Laurentides, marque le début d’une collaboration qui verra naître le Maximed, le premier capteur d’aérosols pathogènes. Une innovation conçue pour filtrer les aérosols qui émanent de la respiration des patients.

Filtration de l’air dans les blocs opératoires, les recommandations de l’INSPQ

Une des recommandations de L’INSPQ suggère d’ajouter un appareil de capture à la source des aérosols en bloc opératoire. Ceci donne l’idée de départ à M. Desroches qui se tourne alors vers le Maxiroll développé par Aireau, un appareil largement utilisé dans le domaine pharmaceutique et industriel. Le Maxiroll représente un standard dans sa catégorie étant une unité de filtration portative de capture à la source équipé d’un bras articulé facile à manipuler. L’aventure commença ainsi afin d’adapter cette unité de filtration à la réalité du milieu hospitalier dans un contexte de pandémie.

Le président chez Aireau a comme but de sauver des vies

Cette collaboration avec le CISSS des Laurentides a ravit Martin Brisebois, président chez Aireau Qualité Contrôle. Pour lui, contribuer à protéger le personnel médical est un honneur. Il ne cesse de le répéter encore aujourd’hui : «l’important c’est de sauver des vie».

co-innovation : une unité de filtration pour capter les aérosols pathogènes

Une collaboration avec trois hôpitaux du CISSS des Laurentides

Rapidement, Aireau développe six prototypes capteur d’aérosols pathogène dans son usine de Bois-des-Filion. Ensuite, ces prototypes sont testés directement dans les blocs opératoires à St-Jérôme, Saint-Eustache et Sainte-Agathe grâce à la collaboration du Dr Alain Lamontagne et de son équipe. Leurs commentaires sur les appareils qu’ils ont utilisés ont permis d’améliorer certains aspects du Maximed. Finalement Aireau livre une version hautement efficace au CISSS des Laurentides au bout de quelques semaines de développement.